Le buvard rose (16 x 21 cm) est depuis longtemps un outil de travail de ma pratique artistique.

Sa fonction est de boire le trop humide de l’encre et de la peinture  afin d’en stopper l’expansion ou les coulures.

Peuvent se lire sur la surface maculée de nombreuses fois, les traces ou le double d’un travail existant sur un support plus noble.

Superposées, ces traces constituent alors, plus qu’une mémoire, une archéologie de l’œuvre.

Ces monotypes bruts me touchent  par la gratuité des taches imprégnées dans la chair même du buvard.

Outils devenus supports, ces empreintes retravaillées deviennent de nouvelles œuvres.

Le vaste ensemble de ces buvards couvre une très longue période liée à la peinture.

2012
2013
2014
2002
2005
2016
2011
2006
2010
2012
2001
2017
2020
2017
2019
2009
2007